Edito – Février 2012

Chers lecteurs,

La Commission européenne a fait part de ses objectifs en matière de commande publique: modernisation, simplification et assouplissement des règles et des procédures, favoriser l’accès des PME aux marchés publics et promouvoir un achat public durable.

Son programme comporte non seulement la révision des directives classiques et secteurs spéciaux, mais aussi l’adoption d’une directive sur les concessions.

Elle propose également un recours accru à la négociation, la généralisation de l’électronique et de la dématérialisation, une réduction importante de la charge administrative et de la documentation exigées, des garanties supplémentaires contre les conflits d’intérêts et le favoritisme et la désignation d’une autorité nationale par les États membres pour veiller à la bonne application des règles.

Selon l’Acte pour le Marché unique, après la mise en ligne des propositions de réforme, les directives devraient être adoptées avant la fin de l’année pour une transposition en droit interne au plus tard en 2014.

La loi Warsmann

Vous êtes à l’origine de plusieurs propositions de loi de simplification et d’amélioration de la qualité du droit entre 2007 et 2011, quelles sont les évolutions attendues ?
Où en est-on dans le processus législatif ?
Quelles seront les principales conséquences en matière de commande publique ?