Edito – Février 2012

Chers lecteurs,

La Commission européenne a fait part de ses objectifs en matière de commande publique: modernisation, simplification et assouplissement des règles et des procédures, favoriser l’accès des PME aux marchés publics et promouvoir un achat public durable.

Son programme comporte non seulement la révision des directives classiques et secteurs spéciaux, mais aussi l’adoption d’une directive sur les concessions.

Elle propose également un recours accru à la négociation, la généralisation de l’électronique et de la dématérialisation, une réduction importante de la charge administrative et de la documentation exigées, des garanties supplémentaires contre les conflits d’intérêts et le favoritisme et la désignation d’une autorité nationale par les États membres pour veiller à la bonne application des règles.

Selon l’Acte pour le Marché unique, après la mise en ligne des propositions de réforme, les directives devraient être adoptées avant la fin de l’année pour une transposition en droit interne au plus tard en 2014.

Edito – Janvier 2012

Chers lecteurs,

Après la publication du décret relevant le seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence des marchés publics de 4 000 à 15 000 € le 11 décembre dernier, les marchés publics font encore l’objet de nouvelles dispositions.

Parmi les 65 mesures de simplification administrative annoncées par le Secrétaire d’État aux PME, deux concernent les marchés publics. Il s’agit de la création d’un coffre-fort électronique dédié au dépôt des attestations de candidature et d’une plate-forme de publication des AAPC.

En outre, la DAJ du MINEFI vient de publier l’actualisation des formulaires DC1 relatif à la lettre de candidature et DC4 relatif à la déclaration de sous-traitance à la suite de l’entrée en vigueur des lois n° 2011-672 du 16 juin 2011 et n° 2011-702 du 22 juin 2011.

Mesures de simplification et de mise à jour seront au programme de ce début d’année.

Nous vous souhaitons une très heureuse nouvelle année.

Edito – Décembre 2011

Chers lecteurs,

Le Premier ministre devrait, selon ses dires, signer très prochainement un décret relevant le seuil au-dessus duquel les marchés publics doivent faire l’objet de mesures de mise en concurrence et de publicité préalables de 4 000 à 15 000 euros.

En optant pour la voie réglementaire, le gouvernement souhaite ainsi privilégier une mise en place plus rapide de la mesure puisque l’entrée en vigueur de la loi Warsmann, dont nous faisions état dans notre dernier édito, est plus aléatoire.

La volonté de simplifier les formalités administratives et de soutenir les PME sont, bien sûr, à l’origine de cette décision qui permet également de régler définitivement les éventuels problèmes de hiérarchie des normes entre le Code des marchés publics et les dispositions législatives.

Edito – Novembre 2011

Chers lecteurs,

Les seuils au-dessus desquels les marchés publics doivent faire l’objet de mesures de mise en concurrence et de publicité préalables se stabiliseront-ils un jour ?

Fixés à l’origine par la loi Sapin, ils avaient été modifiés par le plan de relance de l’économie puis par la jurisprudence du Conseil d’État dans sa décision Pérez du 10 février 2010.

Ils font également l’objet de dispositions dans la récente proposition de loi de simplification du droit. Issue du rapport éponyme du député Jean-Luc Warsmann, son article 88 comprend, quant à lui, le relèvement attendu des seuils de 4 000 à 15 000 €. L’Assemblée nationale l’a adoptée le 18 octobre en première lecture laissant maintenant au Sénat le soin de l’examiner avant un éventuel passage en Commission mixte paritaire.

La question des seuils des marchés publics, au cœur de la commande publique, ne devrait donc plus poser de problème de hiérarchie des normes et de sécurité juridique, même si on peut toujours envisager une censure de la part du Conseil constitutionnel.

Edito – Octobre 2011

Chers lecteurs,

Rarement rentrée n’avait été aussi riche en rebondissements et notre Code des marchés publics n’en finit pas d’évoluer.

À peine le décret n° 2011-1000 du 25 août 2011 avait-il introduit les contrats de performance énergétique et intégré des mesures de simplification et de clarification qu’était publié le décret n° 2011-1104 du 14 septembre 2011 relatif à la passation et à l’exécution des marchés publics de défense ou de sécurité.

Transposant la directive 2009/81/CE du 13 juillet 2009, ce nouveau décret ajoute notamment des critères de sélection de l’offre la plus avantageuse et des mesures relatives aux conditions de la sous-traitance. Il revisite également quelques dispositions du Code pour veiller à une cohérence globale.

Une chose est sûre, la réforme annoncée a, cette fois, vraiment eu lieu.

Edito – Septembre 2011

Chers lecteurs,

La nouvelle dimension européenne des marchés publics se précise. La Commission européenne réfléchit à la future évolution des directives. Dès le printemps, une conférence sur le thème de la modernisation de la politique européenne des marchés publics avait mis en évidence la simplification des procédures ou l’amélioration de l’accès aux marchés.

« L’Acte pour le marché unique », adopté récemment par la Commission, fait des marchés publics un véritable outil de relance du marché intérieur. Il prévoit de simplifier les procédures et de faire une place plus importante aux PME, tout en plaidant pour des achats durables et des marchés, alliés stratégiques des politiques publiques.

Au sein de l’Union européenne, le Comité des régions a récemment publié un avis sur la question et proposé l’idée d’un passeport national pour chaque marché et une procédure de négociation plus accessible.

La réforme des directives marchés publics est sans nul doute une nécessaire avancée pour tous les acteurs de la commande publique.

Edito – Juin 2011

Chers lecteurs,

La loi n°2011-525 du 17 mai 2011 de simplification et d’amélioration de la qualité du droit, récemment publiée, harmonise le statut des groupements d’intérêt public (GIP) et des offices publics de l’habitat (OPH). Désormais, un GIP ne pourra être créé entre collectivités territoriales si un établissement public intercommunal peut exercer ses compétences. En outre, la loi prévoit la soumission des OPH à l’ordonnance du 6 juin 2005 et non plus au Code des marchés publics.

À l’origine, la proposition de loi du député Warsmann prévoyait des mesures de simplification du droit et d’amélioration de la qualité de la norme et des relations des citoyens avec les administrations.

Le Conseil constitutionnel, validant partiellement la loi, avait précisé, dans sa décision n°2011-629 DC, que la complexité de la loi et l’hétérogénéité de ses dispositions ne portaient pas atteinte à l’objectif à valeur constitutionnelle d’intelligibilité et d’accessibilité de la loi.

 

Retrouvez la lettre BJCPonline dès le mois de septembre pour une rentrée riche en actualités.

Edito – Mai 2011

Chers lecteurs,

La tendance à la simplification des démarches administratives touche de plus en plus les marchés publics. Le nouveau Livre vert de la Commission sur les marchés publics européens vise à les moderniser et à utiliser au mieux les fonds publics. L’institution européenne propose également d’examiner régulièrement toutes les législations et de vérifier les objectifs fixés et la pertinence de la norme en la matière.

De son côté, la France milite en faveur de l’allègement des procédures et de la simplification du processus de passation.

La suppression de la double enveloppe, la modification des seuils de passation, la dématérialisation, la réduction du délai global de paiement des marchés des collectivités locales ou l’assouplissement du régime des avances de paiement sont autant d’exemples en ce sens.

Edito – Avril 2011

Chers lecteurs,

Les nombreuses signatures de « La Charte de bonnes pratiques régissant les relations entre grands donneurs d’ordres et PME » illustrent la tendance à la protection des PME dans l’accès à la commande publique.

Une récente rencontre parlementaire a démontré la nécessaire conciliation des objectifs de réduction de la dépense publique par l’État et de bon développement économique des PME, l’offre locale devant se combiner avec l’efficacité économique des achats.

Notons aussi que le « Guide opératoire pour la réponse des PME à la commande publique » tente dans ses différentes éditions d’apporter conseils et collaboration aux PME.

Edito – Mars 2011

Chers lecteurs,

La Direction des affaires juridiques du Ministère de l’Économie, des finances et de l’industrie et l’Observatoire économique de l’achat public enquêtent sur la place de l’achat public durable.

L’enquête doit révéler si les objectifs du Plan national d’action pour les achats publics durables ont été atteints. Des modes de conception, de production et de consommation durables ont-ils été suffisamment développés ? L’achat public durable est-il devenu un outil incitatif pour les opérateurs économiques ? A-t-il notamment favorisé les politiques publiques ?

Tous les acheteurs publics sont concernés, l’enquête est ouverte jusqu’à la fin du mois de mars.