L’Estonie, le succès d’une société tout numérique

La réforme des CCAG, un art de l'exécution

[vc_row][vc_column][vc_column_text]L’Estonie est devenue une marque qui attire les organisations venant du monde entier. À l’exception des mariages, des divorces et des ventes immobilières, tous les actes de la vie courante des Estoniens sont aujourd’hui dématérialisés. Revenons sur ces avancées numériques. 

Les débuts du e-gouvernement, apparition de la e-carte d’identité et de la e-signature

L’un des premiers chantiers du gouvernement estonien reposait sur la création d’une carte d’identité électronique (eID) et son déploiement a débuté dès 2002. 

Chaque citoyen dispose d’une carte d’identité numérique, avec un numéro à onze chiffres, une photo, ses informations personnelles et une puce électronique. Ce document d’identification, obligatoire dès l’âge de 15 ans, donne accès à une société numérique nouvelle.

La carte regroupe plusieurs fonctionnalités essentielles équivalentes à la carte vitale, au permis de conduire, à la carte électorale, à la carte de transport, et parfois même à la carte bancaire pour l’achat de billets de transports publics, par exemple. Son renouvellement s’effectue tous les cinq ans.

L’infrastructure à clé publique, autrement appelée PKI, permet aux citoyens d’utiliser tous les services en ligne possibles de façon sécurisée (un numéro d’identification propre et une puce unique).

En 2002, ce sont 100 000 cartes qui ont été éditées, aujourd’hui il y en a près de 1,2 million pour une population comptant 1,3 million d’habitants.

Parallèlement, le gouvernement travaillait sur la signature électronique. Ce nouveau service numérique permet à n’importe quel document signé électroniquement d’avoir la même valeur juridique qu’une signature sur un document papier. Chaque citoyen estonien peut procéder à la signature à distance de ses documents administratifs, ou encore de ses transactions bancaires.

Le renforcement de la sécurité grâce à l’identification mobile

C’est en 2007 que la e-signature fut accompagnée et complétée par une identification mobile appelée Mobile ID.

Les données des citoyens sont ainsi stockées dans la carte SIM sécurisée de chaque smartphone. Dès qu’un Estonien se connecte à un service en ligne, une notification est envoyée sur son téléphone afin de lui demander de s’authentifier grâce à son code PIN, sans avoir besoin de passer par un lecteur de carte intégré.

La connexion à un service en ligne est cryptée par une clé publique. Une fois le code saisi par l’utilisateur, la connexion est sécurisée. En cas d’oubli de son code, le citoyen peut effectuer une demande auprès des services de police ou d’une banque afin d’en recevoir un nouveau.

Le service utilisé par tous : la e-Tax

De quoi s’agit-il ? L’État a fait le choix d’automatiser et de dématérialiser les formulaires d’imposition afin de faciliter le quotidien des administrés.

Grâce à l’interopérabilité des données, l’administration fiscale et les administrations générales se transmettent automatiquement les données des contribuables. Chacun peut alors vérifier les informations détenues et compilées par l’administration, effectuer une correction ou signer électroniquement le document.

Ce sont près de 98% des contribuables estoniens qui déclarent désormais leurs revenus en ligne en quelques minutes : 40 centimes d’euro investis rapportent 100 euros grâce aux solutions automatiques mises en place par l’État.

L’e-Santé, un véritable facilitateur au service des patients et des médecins

Les ordonnances prescrites par les médecins sont dématérialisées et directement transmis sur la eID. En dehors du gain de temps effectif pour les patients et les médecins, le suivi est resserré et le renouvellement d’ordonnance s’effectue en ligne sur l’espace personnel de chaque citoyen.

Le vote électronique 

Il est mis en œuvre pour la première fois en en 2005 lors des élections locales. Aujourd’hui presque un tiers des électeurs votent à distance depuis le territoire estonien ou depuis l’étranger, notamment dans 116 pays qui ne disposent pas tous d’ambassade ou de consulat estoniens.

Les électeurs peuvent modifier leur choix et seul le vote le plus récent est pris en compte pour l’élection.

Focus sur l’éducation 

L’éducation et la formation sont aujourd’hui au cœur des préoccupations du gouvernement. Trois axes d’amélioration sont définis : articuler la formation avec les besoins du marché du travail, former les enfants et les adultes tout au long de la vie et garantir une équité et une égalité entre citoyens.

Face à une population toujours plus vieillissante, le gouvernement met l’accent sur les compétences en matière de technologies de l’information (IT) et tout particulièrement de programmation afin d’accroître son nombre d’experts, ainsi que les compétences plus générales au service d’une société de l’information inclusive.

Les moyens budgétaires et humains sont mobilisés par l’État afin de former les enseignants en matière d’innovation pédagogique, de se munir d’équipements perfectionnés. L’Estonie dispose d’une école du numérique et également du tout numérique à l’école.

Nos équipes investiguent et renforcent leur expertise en matière de transformation numérique des administrations. Retrouvez très prochainement le livre blanc EFE-ACP dédié à la société numérique estonienne et la façon dont elle inspire la France.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_empty_space height= »10px »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][ultimate_heading alignment= »left » el_class= »extra-height-bloc-citation »]Amandine Rogeon
Responsable du département Secteur Public & Administration
Journaliste juridique
EFE

  [/ultimate_heading][/vc_column][/vc_row]